001

Un portail en bois à demi fermé, une invitation à rentrer. Vous ne le regretterez pas. Le jardin de Nono (un ami de Babette) est un lieu qui se rapproche du paradis sur terre. Il a été entièrement conçu par Nono. Un Monsieur avec un grand "M" de 82 ans qui passe sa vie dans cet univers quasi fantatisque. Imaginez plutôt : deux hectares de terre (au départ des champs) remplis d'arbres, de fleurs, de plantes.

002

Une énorme glycine se reflète dans l'eau de l'étang... oui parce qu'il y a un étang dans le jardin. Et dans cet étang comme autour il y a des oiseaux comme ...

004

ces canards. Certains au bec rouge, d'autres au bec bleu... qui passent leur vie tranquillement à nager. Plus loin, vous découvrez une bernache ...

008

et même (il n'y a pas si longtemps de cela) il y avait un cygne à qui Monsieur Nono a rendu la "liberté" en l'emmenant un jour sur les rives de la Saône tout proche où "Coco", le cygne noir, passe des jours heureux en compagnie d'une belle dame à la robe blanche.

003

Un petit ruisseau traverse le jardin. Petit ruisseau à l'eau calme, aux berges fleuries qui apporte à ce jardin la fraicheur nécessaire à certaines plantes.

005

Je crois bien qu'on l'appelle l'arbre à singe. Il est monumental, impressionnant et tellement beau. On le découvre d'un seul coup au détour d'un petit chemin.
J'apporte une correction (merci Babette pour le cours de botanique, j'en ai grandement besoin) : cet arbre s'appelle un Araucaria ou désespoir du singe.

006

Des formes et des couleurs différentes. Partout où l'on regarde, on aperçoit quelque chose de beau, une fleur magnifique comme cette pivoine...

007

ou bien encore comme cette fleur de rhododendron. Des formes et des couleurs qui vous enchantent le coeur et les yeux. La visite se poursuit quand soudain, nous ne savons pas bien comment, Monsieur Nono se trouve sur notre chemin. Ravis de pouvoir le rencontrer, ravi de pouvoir nous expliquer son jardin, la visite se poursuite en sa compagnie. Il est intarrissable. Il nous en parle avec amour. Son jardin existe depuis 1950. Au fil du temps il l'a aménagé, il l'a agrandi, il lui a donné l'aspect qu'il a aujourd'hui.
Là encore une petite correction (idem que plus haut) : il s'agit bien d'une pivoine.

Notre visite prend fin. La journée se termine. Il est temps de rentrer... Il faut savoir, même si cela est difficile, prendre le chemin du retour. Comme le disait Mimi, dans la voiture, nous ne sommes pas "étanches", quelques larmes ont été versé dans le secret de l'habitacle. Mais c'est tout de même remplies de joie et de bonheur que nous sommes retournées dans notre midi, le coffre rempli de petits bouts du jardin d'Olys que nous avons planté respectivement dans nos jardins (pour Mimi) et sur nos balcons (pour moi).