00

Vous me connaissez maintenant depuis assez longtemps pour savoir combien j'aime ma ville, Marseille. Hier j'ai du me rendre à l'évidence ma ville m'a fait mal, ma ville est défigurée, ma ville est abimée...

01

Depuis maintenant bien 15 jours, nous subissons une grève... celle des éboueurs de la ville. Petit tas d'ordures pris en photo juste sous mes fenêtres il y a maintenant une semaine, depuis il est multiplié par... je ne sais combien.

02

Rajoutez à cela la casse occasionnée aux vitrines, au mobilier urbain lors des diverses et différentes manisfestations...

photo_du_net
(photo prise sur le net)

Rajoutez à cela les incendies de poubelles... l'autre jour quelques 160 interventions des pompiers juste pour éteindre ces feux. Là c'est dans une rue (la rue du Rouet) à quelques mètres de chez moi. La nuit dernière, vers 2:30, les sirènes et les girophares m'ont réveillées... ils étaient là, à quelques encablures de ma chambre...

03

Ma ville me fait mal... ma ville est défigurée. Je parlerai ici ni de la grève, ni des raisons de celle-ci, je ne parlerai que de ma ville et de ce qu'elle subit et avec elle, nous ceux qui l'aimons. Un sentiment de "prise d'otage", un sentiment de révolte aussi... Dans certaines rues, les piétons et les voitures se "disputent" l'asphalte. Les trottoirs étant infréquentables...

04 05

Le Préfet de région a fait appel à la sécurité civile (les gros camions...) pour déblayer certains endroits. Le centre ville, les rues piétonnes sont encombrées, saturées. On estime à quelque chose comme 16 tonnes d'ordures ménagères par jour déversées dans les rues sans oublier bien sur les rats, qui s'en donnent à coeur joie, qui courent partout et qui font craindre pour notre santé... un risque sanitaire certain.

06

J'ai mal à ma ville de la voir ainsi défigurée, malmenée, salie. Cette nuit, essayez d'imaginer, il a plu mais depuis une semaine environ, nous avions en prime le mistral (et il souffle encore ce matin)... tout vole, tout s'envole et se répand si besoin était ailleurs, par petits bouts....

J'ai mal à ma ville...