vin_de_romarin

Dans la série commençée avec ce blog sur les "Boissons et Elixirs d'autrefois", boissons que "fabriquait" ma Mémé Marthe, vieille provençale, férue de plantes et de vieilles recettes, je ne pouvais pas passer à côté d'un "élixir" que j'affectionne tout particulièrement.

Peut-être est-ce à cause (ou grâce qui sait) à l'énorme pied de romarin qui fleurissait dans le jardin de Salon.
Peut-être est-ce à cause (ou grâce qui le sait) à la garrigue qui entourait la maison et qui au printemps se parsemait de petites fleurs violettes que nous ramassions par plaisir plus que par nécessité.

En tout cas je vous livre comme d'habiture sans en changer un mot la recette que j'ai retrouvé avec toutes les autres, écrite sur un petit bout de papier (que j'ai bien essayé de photographier mais il est tellement vieux, tellement jauni que j'ai peur qu'en le manipulant trop il ne me reste entre les mains que des miettes).

Vin de Romarin :
Avec 100 grammes de romarin en fleurs, 1 litre de bon vin rouge, 100 grammes de sucre et un petit verre d'alcool (rhum, grappe, armagnac...).

Faites macérer la plante dans le vin pendant 3 à 4 jours?
Filtrer et ajouter le sucre et l'alcool choisi.
Mélanger et mettre en bouteille pour le conserver au frais.
A boire de préférence à midi, le romarin étant un toni-cardiaque, qui risquerait de vous empêcher de dormir (écrit en tout petites lettres de la main de Mémé Marthe)

Infusion de romarin :
Avec 100 grammes de feuilles pour un litre d'eau bouillante. Prendre 3 à 4 tasses par jour contre tout ce qui est enrouement, maux de gorge, toux et autres ennuis respiratoires ou tout simplement pour le plaisir de boire une bonne infusion bien chaude et bien sucrée avec une cuillère de miel de provence.